Délires viraux EN GRANDE-BRETAGNE

Grande Bretagne, le 10 juin 2020….

D’un passage éclair au Pas-de-Calais, il embarque quelques migrants sur son yacht, il fait les soldes avec eux chez Harold’s.

Aperçu sur une terrasse londonienne à l’ombre de Big Ben, le petit doigt levé, les Ray-Ban chaussées, se prélassant, il savoure un thé, fumant un cigare en se plaisant de quelques ronds de fumée à son effigie, envoyés au vieux Lion, tandis qu’en même temps il regarde sur grand écran privé « The Queen » pour la transformer en une vulgaire pelouse synthétique.

Le vert c’est l’espoir, dit-il en ricanant: « Oh my God ».

Il fait croire à Johnson que ce dernier est malade, lui tatouant pendant son sommeil à l’hôpital Saint Thomas, un drapeau européen sur la fesse gauche, lui teint les cheveux en vert, « souvenir COP 21 », et envoie un tweet à Trump.

On a retrouvé le prince Charles déambulant sur les pelouses de Buckingam Palace, ses précieuses ridicules snackées faisant tournoyer son kilt et vociférant « God Save The Queen ».

Il téléphona en pleine nuit à Meghan pour lui montrer le nouveau logo Roll Royce. Interloquée elle lui dit: « Il n’y a plus qu’un r? ». Il lui répondit: « Il y a r ».

Flashé à 200 km/h avec la nouvelle R et quelques Guinness il infiltre ensuite le MI5 où on perdit sa trace…

The end.